la façon de cultiver le safran n'a presque pas changé au cours des dernier siècles. Cette culture a toujours besoin d'une main d'oeuvre importante à cause de son faible niveau de mécanisation et elle est donc associé à l'amélioration du niveau de vie dans les pays producteurs. La culture du safran exige un climat mediteranéen continental, avec des hivers frais, des étés chauds et secs. La plante résiste aux températures extrèmes, aussi bien en été qu'en hiver.
Le safran s'adapte bien aux terrains calcaires à condition que le sol soit drainants et profonds. Le rendement est meilleur dans les sols fertiles.
Le cycle de la culture du safran se présente en deux stade au cours de l'année: la période d'activité qui s'étend de septembre jusqu'en mai et la période de dormance où les bulbes restent inchangés après avoir atteint leur maturité.
La culture de safran dure jusqu'à 7 ans dans le même champ, avant toute plantation, on commence par un labourage croisé et profond jusqu'à obtention d'un sol souple et meuble.

Au moment du renouvellement des safranières, les bulbes sont récoltés. Seuls les bulbes ayant un diamètre de 2,5 à 3 cm, et ne montrant aucune anomalie ou blessure sont plantés. Les plus petits bulbes sont gardés en pépinière pour leur croissance.

La période de la plantation est fonction des conditions climatiques de la région et de la période d'entrée et de levée de la dormance du bulbe. Au Maroc, la tradition et les chaleurs d'été imposent les plantations en fin août ou début septembre. Il est conseillé de planter les bulbes immédiatement après leur récolte. Autrement, il faut les conserver dans un endroit frais aéré et relativement humide pour qu'ils gardent leur faculté germinative.

La densité de plantation à adopter dépend du mode de conduite. Pour la conduite annuelle, le nombre de bulbes à la plantation est relativement plus important que dans le cas d'une plantation pluriannuelle. En effet, chaque bulbe donne naissance à 3 ou 4 bulbes, et après 3 ans de plantation, plus de 24 bulbes sont obtenus par souche. L'autre facteur qui influence la densité est la disposition des bulbes pour une meilleure occupation du sol. En général, il est recommandé d'utiliser 50 à 70 bulbes par m2 pour une bonne production de fleurs, et de bulbes pour la seconde génération. Ce nombre est fonction de la taille des bulbes et de la conduite de la culture.

Chaque bulbe donnera naissance à 3 ou 4 bulbes et après 3 ans plus de 24 bulbes sont obtenus par souche. Ce qui influence la densité de la plantation, et la disposition des bulbes. La plantation peut se faire soit par groupage de 3 à 4 bulbes par trou (plantation en poquet) ou par la mise d'un seul bulbe par trou. La profondeur de la mise en terre est de 15 à 20 cm. Pour la plantation en poquet, les trous sont distants de 10 à 15 cm sur la planche ou le sillon. La disposition des bulbes est soit en lignes simples ou jumelées ou en quinconce. La plantation peut se faire aussi sur des sillons larges de 40 à 50 cm comprenant chacun 4 à 5 lignes de plantation espacées de 10 cm. Les sillons sont distants l'un de l'autre de 20 à 25 cm pour faciliter les binages et le passage des ouvriers. Dans ce cas, les bulbes sont placés à une profondeur de 15 cm et à 8 cm l'un de l'autre. Dans d'autres situations, le modèle adopté consiste en la plantation en sillons larges de 25 à 30 cm en lignes jumelées. Les sillons ont une profondeur de 12 à 15 cm et les bulbes sont distants de 8 cm sur la même ligne et de 10 cm entre les lignes adjacentes. La disposition peut être aussi en quinconce. Pour une plantation annuelle à forte densité, la plantation peut être réalisée par trou ou par tranchée le long de la ligne de plantation. Chaque bulbe est placé à une profondeur de 10 à 15 cm et est distant du bulbe voisin de 2 à 3 cm.